« J’ai décidé de faire confiance » : le livre

J ai decide de faire confiance Fabien EonÇa y est. C’est aujourd’hui que sort en librairie mon livre « J’ai décidé de faire confiance », aux éditions Eyrolles.

C’est l’histoire de Quentin, cadre en ressources humaines dans une entreprise de logistique. Il est également mari, père de deux enfants, collègue, ami… Au fil du livre, Quentin rencontre différents personnages, il devient tour à tour acteur et observateur de relations d’abord difficiles, puis qui s’améliorent avec le temps. Il prend conscience des mécanismes de la dégradation relationnelle, ceux de la bonne qualité relationnelle. Il apprend comment un conflit se monte et se démonte, il acquiert petit à petit des compétences et des outils. Quentin fait son chemin.

Il m’a fallu près de 4 ans pour écrire ce livre, trouver le ton juste, pas trop théoriques tout en restant consistant… Le résultat se lit comme une pièce de théâtre, avec une alternance de mises en scène et de narrations permettant de comprendre les mécanismes en jeu.

Pourquoi ce titre ? La confiance… voilà un concept dont tout un chacun a sa petite idée : quelque chose qui ressemble à une croyance, à la fois dans les bonnes intentions de celui à qui elle s’adresse et dans ses capacités à les mettre en œuvre. Mais à bien y réflédchir, cette idée de la confiance a quelque chose de menaçant dans le meilleur des cas, au pire de manipulatoire.

Ce n’est pas de cela dont il s’agit. Ici, la confiance est associée à l’idée de décider. C’est donc une confiance choisie, qui se donne avec raison et discernement. Ce livre est aussi une réponse à La Boétie et à son « Discours de la servitude volontaire ». Quentin fait l’apprentissage d’une confiance qui le rend libre. La Boétie dénonce la servilité complaisante de ceux qui se soumettent par habitude, par ignorance ou par intérêt.

Mais je ne vous en dis pas plus, d’autant qu’on en parle ici et

Vous trouverez « J’ai décidé de faire confiance » dans toutes les librairies, et aussi sur Amazon ou Fnac.com.

Je vous souhaite autant de plaisir à le lire que j’en ai eu à l’écrire, même s’il cela durera moins longtemps pour vous…

No comments yet.

Laisser un commentaire